Voilà encore une sélection de photos prise durant cette année. Régalez-vous !

 

les stolby de Krasnoyarsk

les stolby de Krasnoyarsk. Ce sont de grandes colonnes de pierre qui attirent une foule de touristes, particulièrement les adeptes d’escalade. Les voyez-vous ? Krasnoyarsk, Août 2011

 

En attendant le ferry

En attendant le ferry. Lac Baïkal, septembre 2011

 

Le fauteuil de méditation

Le fauteuil de méditation. Lac Baïkal, septembre 2011

 

Des chevaux

Des chevaux en semi-liberté. Ile d’Olkhon, lac Baïkal, septembre 2011

 

Coucher de soleil sur Tomsk

Coucher de soleil sur Tomsk. Tomsk, décembre 2011

 

Dépannage

Dépannage d’un camion gelé au chalumeau. Tomsk, janvier 2012

 

La havane

Un petit air de La havane. Tomsk, avril 2012

 

Le Kvas

Le Kvas, sorte de limonade à base de pain, est une boisson très populaire partout en Russie. Dès le retour des beaux jours, on en achète pour se rafraîchir vers ces drôles de citernes jaunes, que l’on trouve partout en ville. Tomsk, mai 2012

 

Le transsibérien au Printemps

Le transsibérien au Printemps. Quelque part sur le Transsibérien, juin 2012

 

L'Oural

Les monts Oural, sorte de Franches-Montagnes de la Russie. Oural, juin 2012

 

Une église faite avec les moyens du bord

Une église faite avec les moyens du bord. Nijny Novgorod, juin 2012

 

Une arme transformée en place de jeu

Une arme transformée en place de jeu. C’est sans doute mieux comme ça… Nijny Novgorod, juin 2012

Peut-être en lisant ce blog vous avez eu l’impression que la vie à Tomsk n’est qu’un long, certes intéressant, mais long et interminable hiver. La vérité est tout autre. Parlons chiffres : oui, la température moyenne annuelle est de 0 °C, et elle est négative 5 mois par ans (merci wikipédia). Mais le reste du temps, en contrepartie, il peut faire très chaud. Quelques jours avant que je parte, il faisait 35 °C ! La ville se pare de couleurs, tout devient plus joli, plus accueillant.

Au détour d'un pâté de maison

Au détour d’un pâté de maison

 

Un terrain vague

Un terrain vague. Photo prise le 5 juin, les pissenlits viennent juste d’éclore

 

La mosquée de Tomsk

La mosquée de Tomsk. Saviez-vous que Tomsk était à l’origine peuplée de Tatars musulmans ?

 

Une vieille maison aristocratique

Une vieille maison aristocratique

La vie russe est ponctuée de fêtes, parfois surprenantes. Premièrement les mariages, somptueux, qui durent plusieurs jours et durant lesquels on suit un rite bien définit, avec des tas de traditions. Photos.

 

Une voiture de mariage

Des voitures comme ça se rencontrent par dizaines en ville le week-end. Elles sont en générale suivies par un minibus avec chauffeur pour les invités, car, entre boire et conduire, les Russes ont choisit

 

Cadenas

Le « cadenas de mariage », est une reprise moderne d’une vieille tradition slave. Alors qu’on fait le tour de la ville avec les invités pour prendre des photos sur tous les monuments, on choisit une jolie barrière et on y accroche un cadenas avec les noms des mariés et la date gravés, puis on jette la clé. Dans certains endroits, la municipalité les fait enlever un fois par an, car leur poids fait tomber les barrières !

 

Le 9 mai est un jour très important en Russie. On y fête la fin de la « grande guerre patriotique », soit le front russe 1941-1945. Cette guerre a fait entre 15 et 25 millions de morts, a rasé des villes entières, comme Stalingrad/Volgograd, a mobilisé tout le pays et même réussi à unir les communistes, l’Église orthodoxe et la mafia dans un but commun, fait unique dans l’histoire du pays. Presque chaque Russe a perdu au moins un membre de sa famille dans cette guerre, et les Russe ont parfois l’impression d’avoir dû vaincre Hitler « tous seuls », d’être les seuls à avoir payé pour la victoire de tous les Alliés. Il y a, dans le plus grand jardin municipal de Tomsk, un monument aux morts avec 57 000 noms écrits dessus (population de Tomsk actuellement :  500 000 habitants, calculez le ratio). Le jour de la fête, on fait une grande parade dans la ville, avec des militaires et des soldats sur des vieux véhicules de l’époque, ensuite viennent les vétérans, ceux qui étaient au front étant jeunes, puis chacun qui a perdu un proche peut défiler avec une pancarte de son portrait.

A propos de rien : les fameuses parades soviétiques sur la place rouge, fameuses démonstrations de forces autrefois regardées par les téléspectateurs européens morts de peur derrière leur écran, avaient toujours lieu le 9 mai, et elles existent toujours. Bref, photos.

 

parade militaire

Quelques militaires

 

véhicules et costumes d'époque

véhicules et costumes d’époque

 

les portraits de ceux qui ne sont pas revenus

les portraits de ceux qui ne sont pas revenus, portés par leurs proches

 

Pour finir sur une note plus tendre, l’université polytechnique fête chaque année son anniversaire, et en profite pour offrir un jour de congé aux étudiants. Le soir, chaque faculté offre un sketch de quelque minutes à l’université, assise dans la plus grande salle de spectacle de la ville, puis un comité élit le meilleur sketch et récompense la faculté concernée. Photos.

 

Anniversaire de l'université

L’anniversaire de l’université. L’évènement est sponsorisé par la fabrique de charcuterie locale

Bonjour à tous,

Cela fait de longs mois que je n’ai plus rien écrit sur ce blog. Je suis maintenant de retour en Suisse et je n’ai plus de raison d’alimenter ce blog, dévolu à la vie en Russie. Mon emploi du temps fut très chargé ces derniers temps, entre le dure choix à faire entre étudier pour les examens et passer du temps avec des amis que je ne reverrai pas avant longtemps (j’ai choisi : les deux ^^), puis un voyage de retour digne de ce nom, en train avec des arrêts en Russie, en Ukraine et en Hongrie. Tout ça pour arriver au pays et aller à l’armée pour cinq mois (le service militaire est obligatoire en Suisse), avec des ordres criés en dialecte suisse-allemand, pas une seule fille autour de soi et tout et tout. Le choc fut rude. Les réactions à mon retour furent diverses : si les amis et la famille se réjouissaient de me revoir et voulaient tout savoir, me félicitaient à chaque anecdote racontée et me disaient que j’avais changé, le reste des gens étaient nettement partagés l’admiration ou l’indifférence. L’admiration, car la Russie est encore pour beaucoup synonyme d’URSS, de froid, de dictature(s) et de visages rudes et malheureux. Du coup celui qui revient de là-bas est un héros. L’indifférence, car pour les autres, ceux dont les frontières de l’acceptable s’arrêtent à la limite de leur canton (et il y en a beaucoup trop en Suisse), la Russie signifie étranger, donc ennemi; lointain, donc différent, donc à éviter; pas aussi confortable que leur jolie Suisse, donc sans intérêt, etc. Ce blog ayant été écrit dans le but de changer ces clichés, j’espère au moins que vous, mon lecteur, vous avez pu découvrir et apprécier au moins autant que moi ce pays fabuleux, autant riche en trésors et en secret qu’est la Russie. Cependant les mentalités sont encore loin de changer, c’est pourquoi ce blog restera en ligne encore, et j’espère que les articles qu’il contient en interpelleront quelque uns.

Avant de vous quitter pour de nouvelles aventures (je n’ai finalement que 22 ans), je voulais quand même vous résumer Tomsk au printemps par une série d’articles, que vous trouverez ici

Un Suisse à Tomsk, fin : Quelques fêtes

Un Suisse à Tomsk, fin : Tomsk au printemps

Un Suisse à Tomsk, fin de la fin

A bientôt,
Alexandre Mérillat, un Suisse qui a vécu à Tomsk

Ca y est, le printemps est arrivé ! Enfin ! Après ce long hiver, tout le monde se précipite dehors à la moindre minute de libre pour aller prendre le soleil, on est tout excité, bref, le bonheur. Mais ça n’a pas été sans mal.

Dans le calendrier des saisons russe, le printemps commence le premier mars. Pourquoi se compliquer la vie à le mettre au milieu d’un mois ? On a effectivement eu un premier réchauffement début mars, à tel point que la neige avait presque partout fondu le 8 mars, jour de la fête de la femme (jour férié hyper important en Russie). Chouette, me disais-je. Mais c’était sans compter sur la ténacité de l’hiver. Deux jour après, en sortant de mon foyer en baskets et veste de printemps, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir 10 cm de neige fraîche dehors, et des température de -5 °C. Zut. Mais il fit chaud l’après-midi, et cette neige fraiche se transforma en papotche (terme vaudois s’il en est, mais j’ai aucune idée comment ça s’appelle en bon français, excusez), qui se transforma en glace la nuit suivante. Rebelote trois fois de suite. Et c’était devenu une vraie aventure que de se déplacer, même à pied, sur les trottoirs qui maintenant ressemblaient à ça

Une rue au printemps

Une rue au printemps. Sous 2 cm d'eau, de la glace lisse

 

Du coup, lorsque début avril sont arrivées de douces températures annonciatrices du printemps, j’y croyais plus. Et pourtant. La neige a maintenant fondu, et tout ressemble au printemps. A tel point qu’il a fait +20 °C aujourd’hui ! Premièrement, le printemps, est, en Russie plus qu’ailleurs, la saison de l’amour (des amours ?). On trouve partout des couple de tout âge se baladant main dans la main, tout le monde parlent d’amour, les filles redoublent de maquillage et autres minijupes, et les garçon n’en ratent pas une pour se faire remarquer, parfois lourdement (surtout avec les copains, et c’est parfois franchement drôle 🙂 ). De manière générale, on passe tout sont temps libre dehors, comme ici sur la place Novosobornaya

Place Novosobornaya

Un mardi après-midi sur la place Novosobornaya

 

Un enfant dans le parc

En avril, n'ôte pas un fil...

 

Un motard en train de méditer

La première sortie de l'année

 

Mais le printemps, c’est aussi le réveil de la nature. Les premiers bourgeons sont sur les arbres, les fleurs sont sorties de terre et les animaux d’hibernation.

Les premières fleurs du printemps

Les premières fleurs du printemps. Ça a beau ressembler à des pissenlit, ça n'en est pas, et je ne sais pas ce que c'est 😦

 

Un écureuil

Un écureuil. Ils sont nombreux dans tout les parcs publics, et peu craintifs. Certains n'hésitent pas à venir voler votre pic-nic !

 

Et la tom’, que devient-elle dans tout ça ? Simple : elle a fondu. Enfin, presque

La tom' au printemps

La tom' au printemps

 

Le week-end passé, nous sommes allés voir un lieu unique, paraît-il, dans toute la Sibérie : les talovskie chashi. Pas loin de Tomsk, au milieu de la forêt, se trouvent des sources d’eau thermale. C’est d’autant plus étonnant que ce genre de sources se trouvent en général en montagne, et surtout pas au milieu de l’immense plaine toute plate sibérienne.

Je me suis tout de suite posé les questions d’usages pour un étudiant sérieux : d’où vient la pression hydrostatique qui permet à ces eaux de remonter à la surface ? En général, d’eaux souterraines situées en amont, d’où la présence souhaitée d’au moins une colline dans les environs. Mais ici, rien. Et qu’est-ce qui a créé les conduites souterraines permettant à cette eau de remonter des profondeurs ? De nouveau, un relief accidenté est en général la réponse. Mais ici, rien de tout cela. Oh, on trouve bien quelques petites pentes, mais rien de suffisant. De plus, les sources se trouvent en haut des pentes ! Après avoir goûté l’eau, on comprend mieux : elle contient plein de minéraux différents et beaucoup de gaz carbonique. Une telle eau a passé un bon moment sous terre à des endroits bien profonds, et vient donc sans doutes de loin. Peut-être, vu la topographie de la région, d’eaux infiltrées dans les massifs de l’Altaï, mais ce n’est qu’une hypothèse personnelle.

Cependant, ces quelques questions n’étaient pas le but de notre promenade, et nous avons profité sans vergognes de la superbes nature sibérienne encore endormie sous la neige, comme ici

un pré sibérien

Un pré sibérien, sur le chemin des chashi

 

la source principale

La source principale. Elle fait deux mètres de long et ne gèle pas l'hiver

 

un pic-nic

Les talovskie chashi sont un lieu apprécié des locaux. On y vient, à l'image de ces amis, des habitués, "se ressourcer loin de la civilisation" ...

 

La forêt sibérienne

... et le lieu s'y prête d'ailleurs assez bien

 

un repas

Un repas entre copains : de la bouillie, des oignions et l'inévitable support de l'amitié, la vodka !

 

Bonus : les routes en Russie sont connues pour être vraiment mauvaise (j’en parlais il y a quelques mois). Du coup, lorsque chemin il y a, fût-il de fer, tout le monde en profite.

le chemin de fer

Le plus pratique des sentiers. Attention tout de même à ne pas se tordre une cheville !

La Sibérie, c’est cinq mois par an de neige. Si certains en deviendraient fou, les sibériens, eux, préfèrent profiter de ces conditions uniques pour, entre autres, faire du sport. L’hiver, à Tomsk, est d’ailleurs une excellent saison pour sortir : La neige étant très froide, elle ne fait pas de plaque de glace, se tasse simplement mais n’est pas très glissante, il n’y a pas de nuage, et pas non plus de flaques pour salir vos pantalons ou vos chaussures.

Le sport le plus populaire ici est sans doute le ski de fond. On trouve un circuit sur le complexe sportif de l’université, que les habitués parcourent en boucle tout les soirs. L’été, les mêmes habitués viennent y faire leur jogging… Mais si on veut faire du sport avec ses amis, on va à la patinoire. Pas besoin de salle refroidie, les patinoires extérieures fonctionnent de novembre à mars. Par exemple, voici la patinoire « Pobieda », non loin de chez moi

La patinoire

La patinoire Pobieda. Horaire journalier : 15h-23h. Je suis passé trop tôt, à 18h à peine, les clients n'étaient pas encore arrivés

Tomsk est une ville plate. Complétement plate. On n’y trouve donc pas les sports d’hiver dont j’avais l’habitude en Suisse, soit le ski de piste et le snowboard. Il faut aller loin, dans les montagnes de l’Altaï, et c’est très cher. Alors, à défaut d’avoir l’authentique, on peut parfois se satisfaire de la copie

La "falaise de glace

Une falaise de glace (le glacodrôme, dit l'affiche au sommet en russe). Des sportifs s'apprêtent à y grimper

Mais tout de même, ce qui m’a le plus impressionné, c’est que ce qui est populaire partout ailleurs l’est aussi ici. On doit juste s’habiller assez chaud pour rester 90 minutes à -20°C dehors, mais sinon tout va bien.

Du foot par -30°C

Pour rien au monde ces gars-là ne rateraient le plaisir d'un match. Même par -20°C